LE JAUNE DE NAPLES VERITABLE A TRAVERS LES AGES

Antimoniate de Plomb, également connu sous les noms de Giallorino, Jaune de Merimee.

Ses premières apparitions remontent à 1500 ans avant notre ère, son utilisation aurait été établie dans des artefacts Egyptiens et Mesopotamiens.Il était alors utilisé comme colorant et opacifiant dans le verre.
Il apparaît en peinture artistique en Europe début 17è siècle, dans les fresques et glacis, et est synthétisé.

Son nom actuel est tiré d'une vieille légende qui alimente toujours les croyances aujourd'hui selon laquelle le Jaune de Naples serait issu des laves du Vésuve.

Les produits si variés que l'on trouve dans le commerce sous les noms de Jaune de Naples laissent beaucoup a désirer, et la fabrication de peinture à base de Jaune de Naples est abandonnée par beaucoup de producteurs dans le milieu du 19e, remplacée par des mélanges de pigments, notamment jaune de cadmium.

Le Jaune de Naples bien fabriqué est cependant un pigment très solide et qui couvre assez bien. Il est stable à la lumière. La seule modification qu'il puisse rencontrer est un noircissement au contact du fer.
C'est pourquoi il doit impérativement être broyé sur pierre de porphyre, et ne pas être appliqué au moyen d'un couteau en acier.

Il donne un jaune riche et solide, irremplaçable en peinture à l'huile.

"Il existe un jaune appelé giallorino, couleur très solide, lourde comme un pierre et difficile à casser. Elle s'emploie à fresque et dure à jamais. Mis en œuvre, c'est un très joli jaune; avec cette couleur et d'autres en mélanges, on fait, comme je te le montrerai, de beaux feuillages et des teintes d'herbe."

Cennino Cennini, Il libro dell'arte



www.blockx.be - J. BLOCKX Fils s.a. - contact
Création et hébergement Boberlin